Laboratoire de résistance sémiotique

Kairos - Temps poétique

* La concrétisation d’un objet poétique produit des transformations sur le récepteur qui sont en général perçues comme émotion pure. Paul Zumthor, qui s’est intéressé à l’importance du corps lors de la lecture d’un poème, avance que cette émotion rend « manifeste un ébranlement physiologique »1.

* nous  plongés au chuchotement d’ une insuffisance / déçus de ne pouvoir dire l’effet des mots sur nos corps / nous avions les mots pour faire / rarement pour dire

* Décrit par Antonio Negri comme « la marge de l’instant où ça se passe »2 et perçu « comme un événement »3, le Kairos n’est pas que l’instant, il est « la qualité du temps de l’instant, le moment de rupture et d’ouverture de la temporalité »4. Puisque c’est dans « un contexte temporel que nous établissons le rapport entre la connaissance et l’être, et leur adéquation »5 et que « Kairos est la façon dont on voit le monde »6, il nous semble être le seul instant de possibilité de la concrétisation poétique.

* Kairos ne dépend en rien d’une poéticité, mais la concrétisation poétique n’est réalisable qu’en lui.  L’un et l’autre sont d’un présent « singulier et ouvert »7.

* Cette singularité est sensible et invite à l’action, « Kairos est la modalité du temps à travers laquelle l’être s’ouvre, attiré par le vide qui est à la limite du temps, et décide ainsi de remplir ce vide »8. En lui, l’être se frotte à « la puissance de faire l’épreuve de la temporalité »9.

* Il y avait si peu de différence entre ce vide en nous et celui devant lequel nous nous tenions que nous avions l’énergie pour en parler toute la nuit. Le gouffre suspendait sans s’éteindre.

* La concrétisation poétique est aussi un « acte par lequel l’être se penche au-dessus du vide du temps à venir, l’aventure au-delà du bord du temps »10. Celui qui approche le monde par le poétique regarde, exprime et vit « l’être du point de vue du Kairos, c’est-à-dire de l’instant qui se trouve entre l’accomplissement du temps et de l’ouverture de l’avenir »11.

* Si pour certains théoriciens, la poésie est l’expérience du vrai (pour Bougault, par exemple, la revendication poétique « est constante de vérité »12), elle est aussi liée ainsi au Kairos. Negri juge que «  l’événement de la connaissance vraie se produit probablement en ce point précis, là où l’inquiétude du temps se révèle comme puissance »13.

* nous avions du mal à savoir et savoir nous gênait / nos soifs étaient celles de sentir
 

  1. ZUMTHOR, Paul, Performance, réception, lecture, Longueuil, Le Préambule, coll. « L’Univers des discours », 1990, p. 57.  [retour]
  2. NEGRI, Antonio, Du retour, abécédaire biopolitique, Paris, Calmann-Lévy, 2004, p. 138.  [retour]
  3. NEGRI, Antonio,  Kairos, Alma Vénus, multitude : neuf leçons en forme d’exercices, Paris, Calmann-Lévy, 2001, p. 15.  [retour]
  4. Ibid, p. 19.  [retour]
  5. Ibid, p. 17.  [retour]
  6. NEGRI, Antonio, op. cit., p. 139.  [retour]
  7. NEGRI, Antonio,  op. cit.,p. 20.  [retour]
  8. Ibid, p. 19, 20.  [retour]
  9. Ibid, p. 20.  [retour]
  10. Ibid, p. 20.  [retour]
  11. Ibid, p. 21.  [retour]
  12. BOUGAULT, Laurence, Poésie et réalité, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 161.  [retour]
  13. NEGRI, Antonio,  op. cit. p. 21.  [retour]

La discussion est fermée

Les nouveaux commentaires ne sont pas permis sur cet article.