Laboratoire de résistance sémiotique

« Sémiotique de la trace numérique », une conférence de Maude Bonenfant

Troisième conférence organisée par le Laboratoire de résistance sémiotique, celle-ci eut lieu le le 15 avril 2014 à l’UQAM.

Enregistrement

[podloveaudio src= »http://resistancesemiotique.org/podcasts/LABOSEMIO-M.BONENFANT-2014.MP3″ duration= »78:37″ title= »LaboSemio – Maude Bonenfant (2014) »]
Complémentez votre écoute à l’aide support visuel de la conférencière. Téléchargez sa présentation visuelle.

Résumé de la conférence

Lors de cette conférence sera abordé en profondeur le concept de « trace numérique ». Ce paradigme, désormais nécessaire pour penser l’usage des nouvelles technologies, sera présenté du point de vue de la sémiologie en décomposant le processus de production de sens lorsque la trace est numérisée. Passant de « trace » à « donnée » puis à « indice », nous verrons les implications sémiotiques et sociales de ce paradigme en se basant sur les concepts de « symbole » et de « tiers symbolisant ». Finalement, nous contextualiserons cette question à travers les phénomènes de quantification de soi (quantified self), de « big data », de surveillance électronique, etc.

Notice biographique

MAUDE BONENFANT est professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et docteure en sémiologie. Ses recherches sont orientées vers les dimensions sociales des technologies de communication et des réseaux numériques (Web social), les communautés en ligne et les mondes numériques ainsi que les pratiques et l’appropriation des jeux vidéo et outils de communication en ligne. Elle est la directrice du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication dans les mondes numériques et membre du Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ).

——
* Image d’en-tête : Big data © http://www.artefactgroup.com.