Laboratoire de résistance sémiotique

Les lieux de la sémiotique à travers le monde : cartographie d'un pluralisme disciplinaire

La Semiotic Society of America fait peau neuve et propose, sur son nouveau site web, une carte des lieux sémiotiques du monde (reprise ici-bas). Bonne nouvelle : le Laboratoire de résistance sémiotique y figure! Vous constaterez vous-même à la consultation de cette carte toute la diversité qui règne au sein du champ des études et de la recherche en sémiotique. Une diversité qui s'affirme à la fois dans les formes et structures des organisations (programmes d'enseignement, centres de recherche, laboratoires, groupes de travail, cercles et associations) ainsi que dans les conceptions épistémologiques et les objets d'études associés aux différents foyers (sémiotique culturelle, biosémiotique, sémiologie linguistique, etc.). On y trouve de plus une liste passablement fournie des lieux de diffusion de la recherche en sémiotique — revues, collections, sites web, etc. — et, finalement, différents profils associatifs liés à la discipline sur les médias sociaux. En somme, tout pour suivre l'actualité de la recherche dans le domaine.


Appuyez dans le coin supérieur droit pour visualiser la carte en mode plein écran

 
La Semiotic Society of America aura 40 ans l'année prochaine. D'ici là, sa 39e rencontre annuelle aura lieu du 3 au 5 octobre 2014 à Seattle (WA) suivant le thème Paradoxes of Life: Challenge – Determination – ResilienceL'on y a d'ores et déjà annoncé la présence, notamment, d'invités de marques tels Marcel Danesi, Paul Cobley ou Søren Brier. Celles et ceux qui voudraient y prendre part peuvent encore soumettre une proposition, l'échéance ayant été fixée au 20 juin 2014. Le thème est non restrictif.
AJS_2011
J'en profite pour rappeler que la Semiotic Society of America est également responsable de la publication de l'American Journal of Semiotics, revue scientifique démarrée en 1981 et aujourd'hui éditée par John Deely.

Mentionnons, parmi les derniers numéros parus, le vol. 24/4 (2008) Signs Crossroads in Global Perspective mettant en vedette la septième « Sebeok Fellow », la professeure Susan Petrilli. Également, le vol. 24/1-3 (2008) portant sur la biosémiotique, un sujet encore peu traité au États-Unis, mais qui y gagne rapidement du terrain.

Si la résistance s'effectue au mieux en connaissance de cause, il me semble que la reconnaissance des différents foyers constitutifs du champ, de sa variété et de ses disparités inhérentes, telle qu'elle se trouve favorisée par la consultation de la page des ressources sémiotiques mise en place par la SSA, fournit une nouvelle occasion — des plus souhaitables — d'ouverture sur la différence et le pluralisme théorique et pratique. Saluer l'initiative me paraissait de mise, et la partager me semble ne pouvoir qu'être profitable.
 


Voir également, dans mon carnet :

  • Quel genre de sémioticien êtes-vous ?

  •