Laboratoire de résistance sémiotique

De l'abduction chez Saussure

Emanuele Fadda nous invite à penser les relations entre Ferdinand de Saussure et Charles Sanders Peirce sous l'angle d'une complémentarité salutaire. Parce qu'il est souvent question de hiérarchiser l'apport de l'étude des processus de signification chez le linguiste Suisse et le philosophe et logicien américain, on pense fréquemment à observer ce que les théories du second complètent dans le modèle sémiologique, qualifié souvent d'insuffisant, du premier. En effet, c'est autour de l'abduction que le linguiste italien creuse le sillon d'une réconciliation pour en finir avec « une sorte d'incommunicabilité (au moins partielle) entre sémioticiens peircéens et saussuriens ». Il s'agit pour l'auteur d'étudier le modèle inférentiel et ses dérivées et de démontrer que Saussure avait recours à la méthode abductive dans son travail de recherche. Outre les questions proprement linguistiques, Saussure traite également des phénomènes d'abduction « inconscients » lorsqu'un individu spécule de façon presque mécanique, face à un geste, une attitude qui sont autant de signes à partir desquels un système inférentiel se déploie. Ce mécanisme suffit-il pour autant à définir l'abduction, figure du raisonnement logique qui semble plus complexe que le seul développement inférentiel? Il semble que oui, si l'on admet que l'abduction est en réalité multiple et qu'elle comporte des degrés d'inventivité dans la fabrication des hypothèses et des formes plus ou moins sophistiquées. Il s'appuie également pour cela sur les travaux de Massimo A. Bonfantini (Breve corso de semiotica, ESI, 2000) et d'Umberto Eco (Sémiotique et philosophie du langage, Paris, PUF, 2001) énonçant la typologie de l'abduction proposée par le premier et la classification que fournit le second.

On lira donc avec profit l'article d'Emanuele Fadda, enseignant-chercheur à l'Université de Calabre, « Les abductions de Saussure , Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 57, 2004, p. 115-128. Voir également sa thèse de doctorat, parue en 2004, La semiotica una e bina. Problemi di filosofia del segna da Ch. S. Peirce a F. de Saussure e L.J. Prieto, Rende (CS), CELUC.

À propos de Viviane Huys


Viviane Huys est historienne de l'art. Sémioticienne d'adoption, elle a appartenu au CeReS (Université de Limoges) en tant que chercheuse associée pendant 2 ans et rejoint aujourd'hui le MICA (Université de Bordeaux III). Ses projets de recherche actuels concernent les théories énonciatives et la cognition. A travers le projet OCULAR (OCUlométrie appliquée à L'ARt) et l'étude du Puits de Moïse, mais aussi de polyptyques et d'autres objets scénographiques contemporains, ses recherches articulent étude du déplacement et de la vision en vue d'apporter sa contribution aux théories sémiotiques de l'énonciation. Elle a fondé avec un groupe de doctorants et d'étudiants l'Institut InDisciplinAire, à Grenoble en 2009. Son carnet de recherche constitue une sorte de "journal interactif" pour susciter échanges, discussions et partage scientifique....

Publié 30 juillet 2014 Catégorie Carnets, Viviane Huys Étiquettes , ,