Laboratoire de résistance sémiotique

« Heidegger et les signes de l'histoire », une conférence de Jonathan Hope

Deuxième conférence organisée par le Laboratoire de résistance sémiotique, celle-ci eut lieu le 30 janvier 2014 à l’UQAM.

Enregistrement

Résumé de la conférence

Dans les premiers paragraphes d’Être et temps (1927), Martin Heidegger (1889-1976) formule une définition rigoureuse du signe comme une clé de toute recherche ontologique. L’institution du signe accompagne non seulement le Dasein (existence) dans sa découverte du monde, mais le signe soutient également l’édifice de la philosophie, dont la fin est la découverte de l’histoire. L’objectif de cette présentation est d’établir ce rapport entre signe et histoire, une contribution importante de Heidegger – paradoxalement peu étudiée.

Notice biographique

JONATHAN HOPE est titulaire d’un doctorat en sémiologie (2013) de l’Université du Québec à Montréal. Il a publié des études appliquées et théoriques sur le signe. Il est chargé de cours au département d’études littéraires de l’UQAM.

——
* Image d'en-tête : Martin Heidegger, 1959. © Akg-images.