La traduction inspirée: le cas de la Septante

La Septante est une version de l'Ancien Testament traduit en grec ancien. Le mythe de sa traduction est raconté par différents auteurs, notamment Philon d'Alexandrie (ca 20 av. J.-C. - 45 après J.-C.; en anglais: Philo Judaeus) et Flavius Josèphe (37 - 100 après J.-C.; on peut consulter à cet égard Les Antiquités judaïques, livre XII:II, […]

De la forainisation (à l’étrangéisation?)

https://trahir.wordpress.com/2014/07/15/labrecque-forainisation/

Simon Labrecque sur la forainisation

Dans ce court texte, Simon Labrecque raconte les aventures d'une note de bas de page d'un texte traduit dans le cadre du chantier de recherche Traduire les humanités, et du concept que nous tentions de retraduire, à savoir «forainisation». Cette traduction possible d'un concept de Lawrence Venuti, «foreignization», aurait permis en quelque sorte une performance, […]

Il faut bien voir qu'à l'université, la convention est toujours plus forte que la nature. L'université délivre des permis de chasse et il est strictement interdit de chasser sans permis.
Allan Bloom, L'âme désarmée, 1987

Référence Allan Bloom, L'âme désarmée. Essai sur le déclin de la culture générale, trad. Paul Alexandre, Montréal, Guérin, 1987, p. 323.

Le parergon mis en procès: Rémy Couture et David Dulac

http://raisons-sociales.com/articles/parergon-mis-en-proces-juridique-prend-limposture-au-serieux-remy-couture-david-dulac/

Le parergon mis en procès: Rémy Couture et David Dulac

Cet article, coécrit avec Simon Labrecque, tente de penser les deux affaires judiciaires très différentes de Rémy Couture et David Dulac, mais qui ont ceci en particulier qu'elles touchent aux rapports entre le droit et l'art, et plus précisément à la traduction dans le système juridique d'éléments d'abord produits dans une perspective esthétique. Comment le […]

I’eſcris mon liure à peu d’hommes, & à peu d’années. Si ç’euſt eſté vne matiere de durée, il l’euſt fallu commettre à vn langage plus ferme. Selon la variation continuelle, qui a ſuiuy le noſtre iuſques à cette heure, qui peut eſperer que ſa forme preſente ſoit en vſage, d’icy à cinquante ans? Il eſcoule touts les iours de nos mains : & depuis que ie vis, ſ’eſt alteré de moitié. Nous diſons, qu’il eſt à cette heure parfaict. Autant en dict du ſien, chaque ſiecle.
Michel de Montaigne, 1595

Citation de Montaigne

Citation de Michel de Montaigne, tirée des Essais, livre III, chapitre 9: «De la vanité», 1595.

La traduction à l'époque de sa reproductibilité technique

http://www.celat.ulaval.ca/wp-content/uploads/2014/05/Ren%C3%A9-Lemieux-Traduction1.pdf

La traduction à l'époque de sa reproductibilité technique

Article publié dans le collectif Les dissonances du vivre-ensemble, actes du colloque étudiant du CÉLAT, sous la direction de Eleonora Diamanti, Mariza Rosales et Dagmara Zawadzka. Résumé Le débat traductologique se reconnaît, souvent inconsciemment, dans une économie du langage où les termes en cause – équivalence, manque ou surplus – pourraient se résumer à une […]

‹ Previous12345Next ›
Page 2 of 5