Laboratoire de résistance sémiotique

Activités du Laboratoire

Accès directs : Chantiers — SéminaireConférences — Colloque


Présentation du Laboratoire

Fondé par les doctorantes et doctorants en sémiologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le Laboratoire de résistance sémiotique constitue un espace intellectuel dynamique et collaboratif. Créé dans la perspective de répondre à un désir collectif d'affirmation du devenir et de l’être sémioticien, les visées du Laboratoire sont d’abord et principalement émancipatrices et leur atteinte passe irrémédiablement par l’autodétermination du statut de la chercheuse, du chercheur en milieu universitaire. Il s’agit là, nous semble-t-il, d’un engagement nécessaire afin d’adopter de manière sincère une posture critique dont l’exercice doit tendre vers une redéfinition de l’importance des études sémiotiques dans la production générale du savoir ainsi que de sa pertinence au sein de l’institution.

Notre coopérative intellectuelle s’organise autour d’un impératif : penser d’abord. Volontairement relayée à l’arrière-plan, la question du financement ne doit pas entraver nos idées et envies de recherche préalables, n’a pas à infléchir notre liberté d’action. En rupture par rapport à la marchandisation des connaissances dont l’effet tend à minorer, voire à étouffer les approches scientifiques non rentables, nous souhaitons au contraire et à dessein faire exister pleinement cette indiscipline qu’est la sémiotique et sa sapience particulière au carrefour d’approches et de méthodes transfrontalières.

Autogéré, le Laboratoire a pour double mission de se constituer en lieu favorisant la recherche fondamentale et de permettre aux recherches portant sur les objets anthropologiques les plus divers de trouver leur ancrage épistémologique dans une pensée sémiotique dont l’actualité s’appuie sur la mise en commun de l’expérience réflexive.

Le premier colloque international du Laboratoire a eu lieu en septembre 2014 et portait sur la résistance en sémiotique. Ce fut l’occasion d’amorcer une réflexion sur les questions épistémologiques, méthodologiques et institutionnelles qui nous animent. Le deuxième colloque international du laboratoire est actuellement en préparation. Celui doit porter sur les travaux du sémioticien d'origine russe Youri Lotman et le rapport de la sémiotique à la technique.

En plus du colloque, quatre autres activités constituent le cœur du Laboratoire de résistance sémiotique : les chantiers de recherche qui permettent le développement de problématiques particulières, le séminaire régulier qui réunit les laborantins et assure un partage du savoir entre eux; les carnets de recherche ensuite, où se partagent les investigations de chacun au profit d’une lecture par les pairs, mais aussi d’un public que l’on souhaite voir s’élargir outre les frontières universitaires; les conférences enfin, où seront livrées et débattues des résultats de recherche en cours ou abouties de chercheuses et chercheurs développant des pratiques sémiotiques diverses.

Refusant le principe du membership, le Laboratoire de résistance sémiotique est régi non par des membres mais par les forces intellectuelles en présence des chercheuses et chercheurs qui souhaitent s’y engager activement. La communauté du Laboratoire se veut accueillante et invite les sémioticiens et sémioticiennes — au-delà des frontières physiques, disciplinaires, méthodologiques et institutionnelles qui cloisonnent le plus souvent la recherche et freinent la mise en commun du langage — à participer à ses activités, à prendre part aux débats qui en émergent. Dans un esprit collégial, les productions abritées par le Laboratoire seront systématiquement soumises aux commentaires des lectrices et lecteurs.